Pour soutenir nos projets, faites un don qui, à partir de 40 € sera déductible fiscalement de vos revenus.

Compte bancaire
IBAN : BE59-1030-2581-7226
BIC : NICABEBB
17.jpg

5ème voyage en Novembre 2012

Voir la galerie photo

 

Visite à l’Ecole Nabawaski


4 janvier, toute l’équipe (Francis, Nicole, Nadine et moi ) s’est rendue à l’école parrainée par le comité de jumelage. Il s’agit d’une très grosse école dans un quartier pauvre de  Ouaga. La directrice nous a reçus  dans son bureau et après la distribution des dons et présents offerts par les parrains leuzois, nous avons pu nous entretenir avec le personnel enseignant. Surprise de voir apparaître sur l’écran de l’ordinateur,  notre ami  Michaël Delcourt !!

 

Ecole C de Danabon

Visite des nouvelles classes : tout a été apparemment bien fait  voir photos à l’appui ; bâtiment conçu pour une longue durée,  électricité prévue en fonction de l’installation future.

Rôle du contrôleur :

  • Contrôle à pied d’oeuvre  et suivre jour après jour les travaux et activités
  • Remplacer l’entrepreneur absent
  • Réceptionner l’avancement des travaux au moins une fois ou deux par semaine
  • Le contrôleur a la responsabilité de la qualité de la construction
    Des réunions doivent se faire  avec les responsables afin de souligner les difficultés, les problèmes et les erreurs commises.
    Il faut souvent négocier et surveiller si les matériaux ne disparaissent pas et si la quantité de  ciment  nécessaire est bien respectée.
    Il faut aussi être vigilent pour que l’ouvrier soit payé et ait au moins à manger.

Mobilier des trois classes :

Monsieur François Guiré a été choisi en concertation avec Francis, Auguste, Nicole , Nadine, le Maire et moi-même pour effectuer le travail .
Devis : 2 990 000 cfa (4564,88 €) au lieu de 3 607 260 cfa (5507 € 25)
Différence : 943 €.

Un acompte de 2000 000cfa a été envoyé le 25janvier 2012 par Claude

Problème : Lallogo Madi

Difficile d’y voir clair : Il semblerait que Madi n’ait pas travaillé en concertation avec le personnel enseignant ni le comité des parents d’élèves.

Qu’est devenu l’argent versé sur son compte ?
D’après M Lallogo :

  • pour le 1er projet : ordinateur
    Achat  d’un clavier, d’un groupe,  de la connexion, des fils électriques, de la souris et du régulateur

  • pour le 2eme projet : hygiène à l’école
    Achat de poubelles, de détergents, de savons, de futs pour eau potable, des têtes de loup, des balais, des savonnières, des bouilloires, des filets, des gobelets, des seaux et des verres

  • pour le 3eme projet : culture de haricots
    Achat de semences, engrais, herbicides et main d’œuvre
    2 enseignants auraient travaillé avec Madi durant l’année 2010/2011
    Alidou a travaillé avec Madi et les enfants en juillet et août. 
    A la rentrée 2010, la récolte a été effectuée ; les élèves de l’école profitaient de la cantine et des femmes préparaient le repas chacune leur tour.
    Entretemps, l’état a fourni la cantine des enfants au moins pour 3 mois / an
    La majeure partie de l’argent a été utilisée pour le champ.

  • Le vendredi 06 janvier à Boromo, Madi Lallogo nous a remis 200 000 cfa ou 305€ et a clôturé le compte.

  • Le mardi 10 janvier à Ouaga, le Maire Alexis Damoué a reçu  220 € à remettre au nouveau directeur pour l’achat de tongs, d’un matériel de pharmacie d’urgence et pour les frais scolaires des plus démunis de l’école.

Visite du jardin « JACODA »

  • Puits non fonctionnel et à sec.
  • Plate-bande et parcelles non cultivées
  • Culture de choux  fructueuse
  • Tomates : maladie d’où : à brûler
  • Jatropha : il en reste peu
  • Grillage à redresser

En conclusion : décevant surtout après la somme d’argent  investie.
En conséquence : Afin de venir à bout de ce projet : demande d’expertise réalisée par Charles Sawadogo : entrepreneur en hydrolique  et en construction de puits à grand diamètre

Résultat de l’enquête :

Grand puits mal conçu et absence de fer qui consolide le puits.
Le diamètre est trop petit  (il faut environ 2 m de diamètre)
La profondeur n’est pas atteinte (9 m ) et plus moyen d’approfondir car éboulement)
Le puits n’a pas été conçu selon les règles de l’art
Suggestion : refaire un autre puits d’après toutes les normes de construction pour un puits à grand diamètre.
Atteindre 15 m de profondeur  avec du matériel adéquat.
Faire une étude de terrain et faire venir un sourcier pour évaluer la nappe aquifère.
Le prix s’élèverait à 3 330 000cfa ou 5083 €
La pompe solaire peut être remise sur un autre puits.
Les quatre autre puits sont trop petits et mal faits
Pour un Ha de terrain, deux puits à grand diamètre suffisent (ou un seul ??)
Mr Sawadogo a vu les jardiniers et constate une démotivation à cause du manque d’eau qui freine leur activité.
En conclusion : par mesure de précaution, une contrexpertise a été envisagée par Claire et moi. Clément et Dalila s’en occupent.
Un gardien serait souhaitable afin de gérer l’usage de l’eau, la clôture, les plants etc…
Une personne responsable (une femme) serait aussi à souhaiter  (A voir quand le puits sera enfin opérationnel).

 

Visite au verger des manguiers à Taplara

Après une visite avec Constantin, on constate que Lonseni s’en sort bien, les manguiers grandissent et certains donneront du fruit cette année.
Le terrain est exploité par Lonseni avec un peu de maraîchage, de culture de mil, de coton et d’arachides...
Lonseni a reçu un sécateur  offert par Auguste et a profité d’une leçon de taille durant une après-midi.



Le PHAO : projet d’hygiène et d’assainissement


Claire a été chargée par l’AADC de faire un rapport complet sur ces latrines
On a pu constater que le projet a été mené à bien par Alima qui a assuré le suivi  et la sensibilisation à l’hygiène dans les écoles, au CSP (centre de santé) et au CVD (comité de développement du village)
Des séances d’information avec support audio-visuel dans les écoles, auprès de la population ont  été organisées.
L’usage des latrines est à vérifier
Pour des notions d’hygiène, il est important surtout de former les enfants et de miser sur l’éducation à l’école.

 

Visite à Ziga   (bergerie  avec jardin et champ)


Au champ : l’entrepreneur de forage est sur place pour approfondir le puits.
Plus tard on apprendra que le forage est positif et que l’eau vient en abondance.
Le mur d’enceinte est terminé,  la maison du gardien est bâtie, les cultures ont été effectuées durant la saison des pluies par les femmes du village principalement. (mil, coton, haricots, oignons, ibiscus etc…)  Des factures pour une somme de 1000 €     environ restent à régler, à voir en réunion !
A l’école : constat déplorant devant les classes insalubres et dangereuses en cas de vent et de pluie. Aurons-nous un jour la possibilité de réparer ou de reconstruire cette école ??
Réception chez le chef du village (cadeau de sacs de riz et de pâtes)  ensuite chez le guérisseur. Accueil grandiose et euphorique !!
Cadeau de 3 chèvres et de 5 poulets.

 

Visite de villages demandeurs d’aide et de projets futurs

Nempiri :

2eme visite et toujours le même accueil chaleureux par le village tout  entier, les instituteurs, le CDV, le comité des parents d’élèves, les élèves des  écoles  qui nous ont récité plusieurs poèmes éducatifs  (incitation au travail scolaire- droit de l’enfant- et excision)
Extrême pauvreté et besoin de tout : puits ou forage, projet de développement (par ex : élevage de volailles, enclos pour bétail, potager…. !!)
Les classes sont aussi minables, certaines se font en plein air sous un abri de fortune. Une autre dans un simple réduit insalubre.

 

Bissiri

Très long voyage dans la brousse où la sécheresse est inouïe.  Seuls des épineux résistent à ce climat ingrat.
Quelques barrages donnent vie à certaines cultures proches.
L’accueil est inoubliable et la fête bat son plein et cela pour toute la journée.
Les masques, les joueurs de percussions, les chanteuses, les danseurs. La scène est surréaliste, indéfinissable ! Nicole pense : « mes enfants ne me croiront jamais ! »  
Ici, pas de puits, pas d’eau potable, pas d’école, pas de dispensaire.
Souhait de la population : un forage pour permettre à la population d’avoir accès à l’eau potable,  un droit tout à fait légitime mais …  pour demain, peut-être !!


Rencontre avec Monsieur J B Tondé et de GEFED
(gestion d’entreprise, de formation et d’éducation pour le développement)

Koudougou


Visite de deux écoles soutenues par GEFED et d’un maquis tenu par Nadège qui a reçu un micro crédit.
Expérience concluante  et réussite du projet
Visite d’un champ de 4 ha irrigué par un barrage qui favorise la culture d’oignons  principalement.  
Ce projet permet l’emploi  de plusieurs femmes du village proche et  de jardiniers. Des hangars ont été prévus  pour le séchage des oignons.

Rencontre avec Florence  et son groupe GTPA
(groupe de transformation des produits agricoles)


Florence, secrétaire de direction  a ouvert une petite unité de quelques femmes pour procéder à la transformation du manioc en attiéké, en tapioca et en amidon.
Son initiative est louable et mérite des encouragements. Un bel exemple d’effort de développement par la vente des  produits du pays.

Rencontre avec  et chez Patrice

Projet : soins et santé pour Djin
500€ nous ont été accordé par Bpost  pour un projet sanitaire pour Djin
Damien a acheté des médicaments en juillet 2011 pour équiper ce village d’une petite pharmacie : antibiotiques, produits ophtalmologiques, anti- palu ; anti-inflammatoires et pansements pur plaies. Ces médicaments ont été tous utilisés.
Après information, il s’avère que la formation d’un infirmier dure 2 ans. Le coût incombant à cette formation revient à 377000 cfa par an soit 575 €  + le coût de la blouse (23 €).  La somme accordée par BPOST n’était donc pas suffisante pour contribuer à ces frais .
Comme la saison des pluies en 2011 a été catastrophique pour les paysans , pour contrer à la famine, le reste de l’argent a été utilisé pour renforcer la banque alimentaire en céréales.
Un don de 50 € a été donné à Patrice pour l’achat de riz pour la population de Djin.
Construction d’un dispensaire : 20 000 €
N° de compte de Patrice : 9053 23 00 99 01 73

 

Visites touristiques

 

Nazinga

Parc naturel : éléphants, phacochères, antilopes, crocodiles etc…

Tiébélé

Cour royale ; maisons peintes qui démontrent un savoir-faire exceptionnel et collectif



Restaurants à ne pas manquer

Koubri - Les Bougainvillées

Centre touristique avec hébergement, restauration et buvette tenu par une liégeoise

Ouaga - Le Verdoyant

Convivial, appétissant  et accueillant

Ouaga - les Bougainvillées

Terrasse fleurie, belle toilette, jardin accueillant et tortues géantes

 


Siège social : 138 avenue de Loudun - B-7900 Leuze-en-Hainaut - Tél. : 069 66 38 43
Statuts déposés par M.B. en mai 2005